Ma passion pour la Cantate française

 

J'apprécie tout particulièrement cette forme "d'opéra-miniature", où l'on est à la fois récitant (qui expose, commente et, quelquefois, dit "la morale de l'histoire") et personnage(s), avec air tendre, de furie..., accompagnée d'un clavecin et d'une viole de gambe -et, selon l'oeuvre, un ou plusieurs instruments "obligés".

                                                       ----------------------------------------------

 

Suite à mes études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, mes débuts à l'opéra, mes nombreux récitals de mélodies, mes enregistrements, je décide de me spécialiser en Musique Baroque.

 

J'intègre alors le Studio Opéra du Centre de Musique Baroque de Versailles sous la direction de Rachel Yakar, René Jacobs puis Marc Minkowski, profitant également des conseils de Sophie Boulin, Charles Brett, Béatrice Cramoix, Emmanuelle Haim, Jean-Claude Malgoire, Marcel Pérès, Nigel Rogers, Olivier Schneebeli, Jennifer Smith,…

 

Je découvre la gestuelle baroque auprès de Philippe Lénaël, Marshall Pynkoski, Nicole Rouillé et affine encore cette pratique avec Jocelyne Chaptal.

Je suis les cours de Danse Baroque de Françoise Deniau et chante sous la direction de Marc Minkowski (Rameau à l'Opéra de Versailles), Christophe Rousset (Monteverdi à Crémone, Paris, Strasbourg, Metz…), Jérôme Corréas, Stefano Intrieri, Emmanuelle Haïm,...

 

En plus de ces rencontres avec de grandes personnalités du monde baroque, c'est une rencontre avec le style  lui-même et ses compositeurs (Monteverdi, Purcell, Charpentier, Lambert, Lully,...). C'est un vrai coup de coeur pour la Musique française, avec l'Air de cour, la Tragédie lyrique et... la Cantate française.

 

La Cantate est composée d'une succession de récitatifs et d'airs. Il s'agit de courtes pièces chantées, sans décor et sans costume.
Le sujet peut être profane, le plus souvent inspiré de la mythologie, ou religieux.
C'est au tout début du 18ème siècle qu'est née "la cantate à la française".

A la mort de Lully, les français se désintéressent de l'opéra; c'est alors la mode de jouer de la musique dans les salons. La Cantate offre l'avantage d'être moins coûteuse qu'un opéra : pas de décors, pas de costume, peu de musiciens.
Environ 100 compositeurs ont composé quelque 400 cantates.
Certains se sont illustrés par leur abondante production (Bernier), par leur qualité (Montéclair, Clérambault, Campra), par les sujets empruntés (Jacquet de la Guerre et ses cantates sacrées).

 

Conviée comme "artiste en résidence" aux Invalides pour une série de concerts (Judith, Diane, Minerve, Médée), j'ai donné d'autres concerts de Cantates françaises (Esther -au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme-, "les héroïnes malheureuses" -Ariane, Didon, Médée-,  "les femmes de l'Ancien Testament",...).

 

J'ai également enseigné au Centre de Musique Baroque de Versailles.